Agenda

Le projet

Activités

 ATELIER ILLUSTRATION DES MADELEINES

Cet atelier est issu du projet Convivialité et proposé aux élèves moyen et grand de l’école Champion de Cicé. Les enfants pourront illustrer les recueils de paroles des parents autour de leurs souvenirs culinaires – récoltées en amont.

 

Le projet “Convivialité au temps des distanciations” c’est quoi ?


Donner à entendre les différentes paroles glanées lors d’ateliers par le biais d’une radio, qui émet un temps donné. Notre radio Good Morning Cleunay, redonne la parole aux habitant.e.s pour maintenir le lien, notre lien, notamment à travers la construction du tiers-lieu La Basse Cour. La radio devient alors un prétexte et une alternative à la distanciation sociale physique, pour impliquer les habitant.e.s dans leur quartier, les inviter à se rencontrer virtuellement mais humainement et les amener à prendre part à l’agora proposée par La Basse Cour.

Les ateliers permettront de discuter, d’évoquer nos communs, ce qui nous lie. En partant de ce qui nous nourrit jusqu’à notre parole, notre “place commune”. Ces actions ont pour but aussi de provoquer des échanges d’idées dans la perspective de l’ouverture de La Basse cour, point d’aboutissement spatial et temporel du projet “Convivialité…”. Les thèmes des interviews radio suivront l’enjeu conducteur de l’alimentation/la convivialité, et les ateliers provoqueront toujours la rencontre des pratiques artistiques et culinaires. Interagissent ainsi au fil du projet : habitant.e.s, acteur.ice.s agricoles et artistiques, dans un rapport dialogique. Les actions sont co-construites avec les habitant.e.s et les thèmes se spécifient au fil des rencontres.

Cette expérience radiophonique de quartier, doit être une expérience de convivialité qui réinvente poétiquement la prise de parole nécessaire pour redéfinir nos espaces et nos communs. Cette expérience temporaire accompagne la recherche artistique de Mirelaridaine qui s’interroge sur cette crise et la mise à mal de notre convivialité, et dont l’intuition est que le tout numérique ne doit pas supplanter nos liens, qu’il faut accompagner cette parenthèse dans nos relations et anticiper notre manière d’échanger post-covid.